De la Chine à l’Europe

La pêche est originaire de la Chine où l’on a trouvé des échantillons qui montrent que cela fait plus de 3.000 ans qu’elle y est cultivée.

Curieusement, elle apparaît de manière récurrente dans la poésie et dans l’art chinois comme symbole d’immortalité. D’après la légende de la Reine-mère d’Occident, l’une des plus puissantes de la dynastie Han, elle avait un jardin où les pêches de l’immortalité fructifiaient une fois tous les 3.000 ans. Et celui qui en mangerait une atteindrait l’immortalité tant convoitée. À tel point que le bois des pêchers était  celui que l’on préférait pour fabriquer les lits des enfants, car on pensait que cela leur permettrait d’être plus heureux.  De plus, on pensait que ce bois pouvait éloigner les mauvais esprits.

De Chine le pêcher est passé en Perse (de là son nom scientifique Prunus pérsica), d’où il a été transporté par les romains en Europe. Au Moyen Âge, sa culture s’étend à travers tout le continent et, au XIXe siècle, on peut considérer le pêcher comme une culture en expansion.

Fruit de saison au goût sucré

L’Académie Royale de la Langue Espagnole définit la pêche comme “fruit du pêcher. C’est une drupe à l’odeur agréable, sphérique, de six à huit centimètres de diamètre, avec une rainure profonde qui occupe la moitié de la circonférence, à l’épicarpe fin, velu, de couleur jaune avec des taches rouges, le mésocarpe jaunâtre, au goût agréable et adhérant à un noyau brun, dur et rugueux, qui renferme une amande très amère”.

Autrement dit, la pêche, fruit de la saison printemps-été, est sucrée et juteuse, elle a un noyau et une peau veloutée qui peut être jaune, orangée ou rosée, selon la variété.  Elle appartient à la famille botanique des Rosacées, comme la poire, la pomme, l’amande ou la prune.

L’arbre duquel elle vient, le pêcher, est un arbre de petite taille, à feuille caduque qui pousse dans des zones tempérées et qui est sensible au froid, bien qu’il puisse résister à des températures allant jusqu’à – 20 degrés.  C’est un arbre qui a besoin de beaucoup de lumière, cependant une radiation excessive sur les branches et le tronc peut l’endommager, c’est pourquoi il est important de le tailler correctement.

Ses fleurs poussent en solitaire ou, tout au plus, deux par deux.  Elles sont de couleur rose ou rougeâtre.

Culture

Plantation. L’automne est la meilleure époque pour réaliser la plantation, avant les gelées hivernales.  Cependant, s’il s’agit de zones où les gelées sont spécialement intenses, il vaut mieux attendre la fin de l’hiver.

Irrigation. La consommation annuelle d’eau d’un pêcher est de 60-100 hl, pour une production totale de 20 kg de matière sèche.  L’irrigation doit parvenir jusqu’à 80 cm de profondeur du terrain.

Engrais. Si l’on dispose d’un système d’irrigation goutte-à-goutte, l’engrais sera appliqué par ferti-irrigation de mars à octobre.  Si la culture est réalisée sur des sols non-irrigués ou à travers l’irrigation par inondation, on effectue deux ou trois applications d’engrais : la première au printemps et les deux autres, en été.

Faible en calories et riche en vitamines, minéraux et fibre

Comme la plupart des fruits, la pêche se compose essentiellement d’eau, c’est pourquoi elle apporte très peu de calories.  Par contre, elle est riche en vitamines,  minéraux et fibre.

Nous pouvons les manger comme dessert après les repas, entre ces derniers ou les inclure dans des recettes de cuisine comme les confitures, les gâteaux, les smoothies… Il y a mille et une façons de les incorporer dans notre alimentation.

Dans les prochains articles, nous parlerons dans le détail de leurs propriétés et de leurs possibilités culinaires.

 

Photos : Planasa, Pixabay